Vacances : Ma famille part à vélo…

Cet été était particulier, il a remis en cause un grand nombre d’habitudes et de références sur le plan de la consommation et du tourisme. Vous avez été nombreux à privilégier la France pour vos vacances d’été et ainsi découvrir ou redécouvrir la première destination touristique mondiale. Et pour cause, la France offre une diversité de paysages, une richesse culturelle et patrimoniale tout à fait singulière.

Une autre façon de voyager aura également trouvé un public plus large. Il est appelé « Slow Tourisme » (littéralement tourisme lent), mais il est surtout question d’un tourisme plus en rythme avec son environnement et son entourage.

Le tourisme à vélo est de plus en plus mis en lumière et nous avons cherché à en savoir davantage.

Nous avons rencontré Anna, Tim, Elise (10 ans) et Félicien (5 ans), 4 aventuriers qui de Niort (79) à Pornic (44) ont partagé avec nous leur expérience inédite et inspirante.

Au premier abord, nous serions tentés de dire, pour s’engager dans un tel périple : c’est une famille hyper-sportive, un clan de baroudeurs, partir en voyage sur un vélo n’est pas de tout repos, n’est pas à la portée du plus grand nombre… Mais qu’en est-il vraiment ?

Comment vous est venue l’idée d’un voyage à vélo ?

Nous avions initialement imaginé faire un petit voyage à l’étranger avec les enfants.  Les incertitudes liées au contexte actuel nous ont amené à réviser nos projets au printemps dernier.

Étant déjà utilisateurs convaincus du vélo pour nos petits trajets au quotidien, l’idée d’un voyage à proximité en itinérance à vélo est peu à peu devenue une évidence. Pour concilier à la fois l’envie de dépaysement et de rupture avec le quotidien, et les contraintes imposées par le contexte Covid sans oublier une philosophie de vie proche de la nature et loin d’un univers ultra consumériste.

Quel était votre parcours et combien de km avez-vous effectué ?

Pour ce premier parcours, nous avions à cœur de partir à bicyclette de notre domicile. Nous avions donc prévu un itinéraire de Niort à Nantes en suivant successivement les parcours balisés de la Vélo-Francette (de Niort à l’Aiguillon), de la Vélodyssée (de l’Aiguillon à St Brévin-les-pins) puis de la Loire à Vélo (de St Brévin à Nantes).

Nous avons étalé ce parcours sur deux semaines pleines en alternant 2 jours de vélo pour une journée de repos. Les étapes faisant entre 25 km pour la plus courte et 47 km pour la plus longue avec une moyenne autour de 35 km.

Au total, nous avons parcouru un peu plus de 350 km.

Quelle a été votre préparation : entraînement particulier ? Parcours anticipé longtemps à l’avance ? …

Nous n’avions pas fait d'entraînement à proprement parlé. Nous sommes tous les quatre utilisateurs réguliers du vélo pour nos trajets quotidiens et des petites promenades le week-end, mais les distances excèdent rarement quelques kilomètres.

En revanche, nous avons pris le temps de faire un week-end « test » à la Pentecôte, pour éprouver les jambes et le matériel.

C’est lors de ce week-end que nous avons réalisé que les enfants étaient tout à fait capables de faire plus de 30 km par jour (et plusieurs jours de suite !), alors que jusque-là nous avions plutôt visé 20 km maxi. Cela a été une très bonne surprise.

En ce qui concerne la préparation de l’itinéraire en lui-même, nous avions l’idée générale du parcours depuis quelques mois,  mais nous n’avons commencé à regarder le détail que deux semaines avant le départ (repérage des campings et préparation des tracés sur  http://brouter.de/brouter-web/ qui est un outil de préparation d’itinéraires optimisé pour le cyclotourisme)

Qu’est-ce que ce périple en famille vous a apporté ? Des anecdotes… ?

Cette aventure familiale est venue souder nos liens avec tendresse et complicité. En effet, nous avons été chaque jour impressionné par les prouesses des enfants qu'elles soient physiques mais aussi morales. La spontanéité et les capacités de rebondissements face aux aléas de nos aventures nous ont permis de créer des souvenirs communs. Nous avons décidé de rédiger une petite gazette quotidienne avec des photos afin de tenir nos proches informés mais aussi dans le but de créer un journal de bord. Chaque fin d’après-midi, c’était un petit rituel que de l’écrire. Le rythme soutenu et l’organisation ne nous a pas permis de faire des visites de musées mais nous avons beaucoup observer et étudier la nature qui nous entourait. La préparation des repas avec notre petit réchaud nous a aussi amené à avoir l’esprit pratique évitant les déchets et la répétition des nouilles chinoises qui ont eu peu de succès.

Parlez-nous de votre équipement : Vélos, remorques, vêtements, tente…

Les voies vélos de notre parcours sont des routes peu fréquentées, des pistes cyclables ou des chemins en graviers compactés.

Le revêtement n’est pas adapté aux vélos de route, mais n’importe quel VTC fera l’affaire.

Il faut bien garder en tête que les enfants vont rouler en permanence proche de leur allure maximum, (du fait des limitations imposées par leur petite taille, et la taille des vélos) tandis que les adultes suivront à un rythme qui sera confortable, voire lent.

Du coup, plus que pour les adultes, je pense que c’est surtout pour les enfants qu’il ne faut pas négliger la qualité des vélos.

Gagner 1 ou 2 kilos sur le poids du vélo fait beaucoup plus de différence pour un enfant qu’un adulte. Un bon VTC enfant avec un cadre léger (sans suspension ! les fourches suspendues sont très lourdes et apportent peu de confort à un enfant) fait une vraie différence par rapport à un vélo de grande surface.

Hormis notre fils de 5 ans, nous avions tous un porte bagage équipé de 2 sacoches étanches dans lesquelles nous portions nos vêtements et sacs de couchage

Nous avions par ailleurs une remorque bagagère pour transporter la tente, les matelas de camping et nos victuailles.

Pour un parcours avec des enfants sur un itinéraire relativement plat, Cette remorque s’est avérée très pratique. Au delà du matériel de camping, on peut charger sur la remorque un vélo en cas de baisse de moral de l’un des petits cyclistes.

Dans le cadre d’un parcours un peu plus sportif en revanche, la remorque serait rapidement problématique. Son poids se fait réellement sentir dans les côtes.

Coté camping ; nous nous sommes fait prêter une tente de trekking Décathlon dont nous avons été pleinement satisfait : Plus compacte qu’un duvet, moins de 4 kilos, très spacieuse (4 places, plus une grande abside pour le matériel).

Dommage, ce modèle ne semble plus vendu !

 

Grâce à notre partenaire Les Petits Montagnards vous pouvez louer votre matériel de camping et de randonnée facilement.
Et profitez également de cartes Décathlon à prix remisés pour vous équiper.  

 

Quel type de logement avez-vous privilégié ?

Nous avons longuement hésité entre prendre des nuits en Airbnb ou chambre d’hôte ou des nuitées en camping.

Nous avons finalement choisi le camping pour avoir de la souplesse en cas d’imprévu, mais en zone balnéaire il est préférable de réserver les campings avec quelques jours d’avance.
Et attention, certains campings ne louent pas des emplacements à la nuit. En haute saison, les campings proches de la cote louent très souvent uniquement à la semaine. Parfois, il faut alors aller chercher des campings plus simples ou en retrait de la voie cyclable.

Ce problème est sans doute propre à notre parcours côtier. Nous avons échangé avec d’autres cyclotouristes qui sur la « Loire à vélo » par exemple, n’ont eu aucune difficulté à trouver des emplacements chaque soir, sans avoir réservé auparavant.

 

Retrouvez toutes nos offres campings et hôtellerie

 

Quel était votre budget ?

Du fait de notre parcours en zone côtière, les campings sont un peu plus chers. Le prix de départ des emplacements en haute saison est généralement de 20/25 euros, mais en rajoutant les 2 personnes supplémentaires et l’électricité, on atteint facilement 40/50 euros par nuit.

Avec un parcours différent, nous aurions eu sans aucun doute un budget plus léger.

Est-ce que c’est une aventure que vous recommandez ? Vous trouvez que c’est accessible au plus grand nombre ? Quels seraient vos conseils ?

Oui, nous recommandons assurément ! La Vélodyssée est une voie cyclable accessible aux cyclistes « du dimanche » tout en mettant la famille dans un contexte « d’aventure » qui constitue une vraie rupture avec notre quotidien !

Nous avons adoré, et nous voulons déjà repartir !

   

Découvrez de nombreux parcours sur Vélo Francette et Vélodyssée

 

Mis en ligne le 15/09/2020

Voir l'offre :

RandoVélo, agence de voyages spécialisés

Créateur de voyages à vélo avec transport de bagages.

Des itinéraires partout en France mais aussi en Europe, des séjours et week-ends.

Location de vélos y compris électriques.