+ Ekoya
Offres Marques Le mouvement Ekoya Qui sommes nous ? Le Blog
Me connecter M'inscrire

La salle des "profs"

L'Oulipo : un outil pédagogique de valeur

Quand la rigueur devient source de créativité et permet aux élèves de devenir de « Grands Rhétoriqueurs »


En novembre 1960, dans un esprit libre et de partage, un groupe d’amis écrivains, poètes, peintres et mathématiciens fondent l’Oulipo. L’Ouvroir de Littérature Potentielle ne représente ni un mouvement littéraire ni une académie. Ces « poètes puristes (1)  » sympathiques s’adonnent à une exploration des potentialités de la langue française. Ils inventent de fascinants jeux textuels, construits autour de formules mathématiques et ils mettent leurs inventions à la disposition d’utilisateurs supposés. De véritables tours de force ont été réalisés, comme par exemple les Exercices de style (2) (la même histoire écrite de 99 manières différentes)  ou La Disparition (3) (un lipogramme de 300 pages écrites sans la lettre « e »).

Depuis lors, la contrainte oulipienne s’est démocratisée. Elle se lit dans la presse, dans la publicité. Les jeux de langue s’invitent également dans les classes car l’Oulipo combine la variation d’exercices propices à une pratique réflexive. En effet, un enseignement ludique ne se fait pas aux dépens d’une approche sérieuse et c’est ce que souligne la citation suivante : « La contrainte formelle permet surtout de prendre conscience du fait que l’on ne joue pas avec les mots, mais que c’est au contraire les mots qui dans certains cas prennent le pouvoir et parfois se jouent de celui qui écrit, le conduisent dans des directions qui le surprennent. (4)  »

Par conséquent, les manipulations ludiques autour de règles formelles révèlent leur valeur créatrice et elles incitent à l’appropriation de la langue française. Les exercices oulipiens ont pour ambition de rendre les élèves non seulement actifs et acteurs de leurs apprentissages, mais encore ils permettent un travail sur l’orthographe, le vocabulaire et la lecture.

Voici quelques jeux à mener en classe : 

Exercices valorisant l’écriture abrégée.

L’anagramme
Le jeu consiste à redistribuer toutes les lettres d’un mot de façon à créer un autre mot (exemple : nacre, ancre) 

Le métagramme 
Il s’agit de transformer un mot en changeant une lettre pour former un mot nouveau (exemple : souche, louche,…)


Exercices valorisant la recherche lexicale

Le tautogramme 
Rédiger un texte où tous les mots commencent par la même lettre. Le jeu est difficile dans la mesure où le texte doit avoir du sens. « Ça commença comme ça : certaines calomnies
circulaient concernant cinq conseillers civils coloniaux  »

La tentative d’épuisement
Le jeu est celui d’un lexique qu’on épuise sur un lieu, un objet, une musique, une photographie.

Exercices valorisant l’inventivité, l’imagination

Le Sardinosaure : 
Inventer un animal chimérique à partir d’un mot valise : la gazelléphant ( de gazelle et éléphant)

Exercices valorisant la manipulation 

Transformer un texte en adoptant un autre point de vue.
Modifier le lieu et le temps d’un texte source.
Introduire un blanc dans une histoire, qui par son emplacement, peut modifier le sens.

 

Retrouvez une liste très explicative sur des ateliers possibles, en savoir+


Vous pouvez aussi essayer l’écriture poétique en lisant les articles suivants
- Petits jeux poétiques à consommer sans modération
- Nouveaux jeux d'écriture poétique

 

A chacun son Oulipo !
En savoir + sur l'Oulipo

 


Laurence Kiehl est enseignante de lettres, diplômée d’un Doctorat de Littérature et de deux Masters d’enseignement. Elle est également chroniqueuse littéraire pour la Radio « Paroles d’Animaux ». Elle a publié dans un collectif intitulé Bacchanales de la Maison de la Poésie Rhône-Alpes. Elle a écrit deux romans oulipiens. La Masculine (écrit uniquement avec des mots féminins) a obtenu le Prix de Science-fiction de la Journée du Manuscrit Francophone et LittéRATeur (un roman écrit uniquement avec des mots masculins).

    

 

(1)  Raymond Queneau, François Le Lionnais, Jean Lescure, Claude Berge, Jacques Duchateau, Jacques Bens.
(2)  Raymond Queneau
(3)  George Pérec
(4)  Violaine Houdart-Mérot, « Des contraintes futiles aux contraintes exquises, écriture à contraintes et écriture d’invention : des enjeux didactiques aux enjeux littéraires », 50 ans d’Oulipo, De la contrainte à l’œuvre, sous la dir. Carole Bisenius-Penin et André Petitjean, Rennes, PU Rennes, 2011, p. 241.