+ Ekoya
Offres Marques Le mouvement Ekoya Qui sommes nous ? Le Blog L'extension web
Me connecter M'inscrire

Voyage

Nos plus beaux villages. Saison 2

Bâton de pèlerin en main, sac à l’épaule, nous voilà repartis sur nos chemins de France à la rencontre des petits villages qui nous ont tapé dans l’œil. Certains nous ont séduits pour leur calme, d’autres pour leur vue et d’autres encore pour une simple venelle d’où jaillissent d’odorantes glycines et de délicates roses. Oui, nous avons l’âme bucolique aujourd’hui. Pour donner du sens à cette découverte, nous avons pris ce mois-ci comme fil conducteur certaines régions traversées par le Tour de France. En selle !

 

En Picardie, à Gerberoy

 

Qui aime rues pavées, maisons à colombages colorés, murs de briques et de pierres fera un détour par le bourg de Gerberoy. Ici, le temps s’est arrêté, l’histoire se lit alors plus aisément. Le village est réputé pour sa profusion de roses et autres fleurs de toutes natures. Parmi les incontournables, ne manquez pas les jardins à l’italienne créés par le peintre postimpressionniste Henri le Sidaner. Manet, Rodin et Monet ont adoré. Nous aussi.

 

En Haute-Saône, à Pesmes

Permes

Les coureurs du Tour de France franchissent le col de la Super Planche des Belles Filles. Ça ne s’invente pas. Nous irons quant à nous un peu plus bas, au petit village de Pesmes; une fameuse cité médiévale distinguée « plus beau village de France ». Le lieu est imposant ! De fières demeures dominent de toute leur grandeur la rivière en contrebas. Place éminemment stratégique, Pesmes a un passé agité, de nombreux affrontements se sont déroulés ici. Depuis, le calme est revenu et il fait à présent bon flâner d’un monument à l’autre, au fil des maisons des notables et de celles des vignerons, nombreux dans la région.

 

Dans la Drôme, à Saint-Benoît-en-Diois

St Benoit en Diois

Nous nous écartons un peu du tracé officiel en nous rendant cette fois dans la Vallée de la Roanne, du nom du torrent dans lequel on peut se tremper l’été. Notre objectif est le tout petit village de Saint-Benoit-en-Dios. Gros coup de cœur pour sa minuscule église juchée tout en haut du bourg et surtout pour la vue 360° qui s’offre à nous, mélange de végétal et de minéral torturé au fil des ères. Des maisons et jardinets s’accrochent à la petite montagne dans un dédale de ruelles escarpées. Notre conseil, descendez ensuite jusqu’au pont. À droite, vous pourrez vous baigner, l’eau est douce à souhait.

 

Dans les Corbières, à Lagrasse

Lagrasse

Si vous visitez Carcassonne, ne manquez pas de faire un détour au village de Lagrasse. La route qui y conduit serpente entre les monts et vous offre déjà un bel avant-goût de la richesse naturelle du Pays de l’Aude. Vous serez tout comme nous impressionné dès votre arrivée par l’imposante abbaye Sainte-Marie-d’Orbieu toujours habitée par des moines et dont la tour semble sortie tout droit du film « Au Nom de la Rose ». Il est vrai que tout rappelle ici l’époque médiévale et si deux chevaliers s’affrontaient en lice Boulevard de la Promenade, nous en serions à peine étonnés. Les ponts sont aussi de véritables curiosités architecturales et la vue sur le panorama alentour est remarquable. Une fois ces ouvrages franchis, vous passerez d’une échoppe à l’autre, comme devaient le faire les voyageurs d’antan. Il vous sera alors agréable de vous délester de quelques deniers pour faire le plein de saveurs et de souvenirs.

 

Dans le Lot, à Capdenac

Capdenac

Avant le final traditionnel du Tour de France à Paris, les coureurs feront étape à Rocamadour, dans le Lot. Loin du tumulte de l’événement sportif (l’un des plus médiatisés au monde, venons-nous d’apprendre !), nous partons vers un petit village étonnant, à un jet de pierre de Figeac, à Capdenac très exactement. La cité très prisée des amoureux de nature et de patrimoine historique est posée sur un éperon rocheux qui domine les méandres du Lot. La situation élevée du village permettait aux habitants de surveiller ce qui se tramait alentour. Remparts, donjon et autres tours de guet attestent qu’on ne devait à l’époque ne dormir que d’une oreille. Prosper Mérimée a qualifié cette forteresse gallo-romaine d’un des plus beaux sites de France. Alors…

 

 

Agnès, déambulatrice invétérée.