stat
+ Ekoya
Offres Marques Qui sommes nous ? Le Blog Simulateur d'économie 🧮 Gagnants du jeu-concours Destinations de rêve
Me connecter M'inscrire

La salle des "profs"

ToutEduc, source d’informations pour tous les acteurs du système éducatif

Vous avez l’impression de subir des réformes, de recevoir des directives comme autant d’oukases sans savoir d’où ils viennent ni pourquoi ? Vous estimez que les journalistes de la « grande presse » ne comprennent pas la réalité de vos métiers ? ToutEduc vous propose une information conçue pour vous. Pascal Bouchard, son créateur et directeur répond aux questions d’Ekoya.

 

Qui êtes-vous ? 

J’ai été enseignant, professeur de français en collège et en lycée, j’ai publié les romans écrits par mes élèves et cela m’a donné l’occasion de créer sur France-Culture une émission de reportages sur l’innovation pédagogique, j’ai ensuite participé à la création de la première agence de presse spécialisée en éducation, mais les abonnements, très chers, ne s’adressaient qu’aux grosses structures, j’ai donc créé ToutEduc en 2009, avec des tarifs abordables parce que l’information est au fondement de la démocratie et que tous les acteurs du système éducatif doivent y avoir accès. 

 

Comment fonctionne ToutEduc ?

Notre modèle est celui des agences de presse, comme l’AFP, mais spécialisées. Nous publions donc des dépêches, en évitant, autant que faire se peut, tout parti pris : la neutralité est notre forme de militantisme, notre façon de servir la cause de l’Ecole et de l’Education au sens large, de l’entrée en crèche à l’entrée sur le marché du travail ou dans l’enseignement supérieur. Nous sommes des militants de la cause de l’enfance et de son éducation, mais sans aucun engagement partisan. Quels/quelles que soient les ministres, leurs déclarations sont traitées avec la même rigueur et s’il y a erreurs ou approximations, elles sont signalées.

En revanche nous publions volontiers des tribunes qui n’engagent que leurs auteurs et qui sont parfois, mais pas nécessairement sévères pour les pouvoirs en place.

Nos abonnés peuvent recevoir les dépêches dès leur publication, ou attendre le lendemain la newsletter avec les titres de la veille. Ils reçoivent en outre, chaque mercredi, la « Lettre » avec la liste des titres de la semaine et un éditorial pour mettre en perspective un point saillant de l’actualité.

 

Qui sont vos abonnés ? 

Nous comptons parmi nos lecteurs des personnes physiques, enseignants ou autres, souvent des militants engagés dans l’action syndicale ou un mouvement pédagogique. Parmi les personnes morales, les services éducatifs de collectivités, communes et départements, le cabinet du/de la ministre de l’Education nationale, l’Ecole nationale de la Protection judiciaire de la Jeunesse, tous les grands mouvements d’éducation populaire (Ligue de l’enseignement, Céméa, Francas, Léo Lagrange, PEP…), l’IFE (l’institut français de l’Education et ses chercheurs), l’Onisep, le Cned, Canopé, la plupart des syndicats de l’Education, le SGEC (enseignement catholique), des journalistes…

 

D’où viennent vos informations ?

Chaque année, à l’occasion de la semaine de la presse à l’école, nous publions nos sources pour chaque dépêche, vous les trouverez en accès gratuit sur le site (mots clés: « d’où viennent nos informations »). Comme tous les « journalistes éduc », nous allons aux conférences de presse et recevons les communiqués des uns et des autres, mais nous attachons aussi une grande importance aux ouvrages des chercheurs, aux essais et aux débats intellectuels, nous faisons un gros travail de veille sur les publications officielles (JO et BO) et sur les décisions du Conseil d’Etat, et bien sûr nous avons quelquefois des sources confidentielles. Nous avons sorti avant tout le monde plusieurs projets du Gouvernement, je ne vous dirai pas comment…

 

Que ne trouve-ton pas sur votre site ?

Sauf exception, lorsqu’elles permettent de saisir comment évolue le « marché de l’éducation », vous ne trouverez pas chez nous d’informations sur les ressources éducatives, manuels, logiciels, sites. Nous ne nous permettons pas de prescrire à des professionnels leurs outils de travail. 

 

Avez-vous une grosse équipe ?

Non, c’est pourquoi les témoignages de nos lecteurs seront toujours les bienvenus, et pourront éventuellement compléter nos sources. Nous sommes deux journalistes professionnels à plein temps. Emmanuel Fontaine vient de l’audiovisuel (Canal +) et il apporte, depuis 3 ans, un regard neuf sur le monde de l’Education. ToutEduc bénéficie aussi des concours d’André Legrand (ancien recteur, professeur de droit public), de Rabah Aït-Oufella (journaliste en Algérie, professeur de lycée professionnel), Colette Pâris (ancienne journaliste « éduc », ancienne directrice de la communication de l’Onisep), Arnold Bac (instituteur spécialisé, ancien responsable du secteur éducation de la Ligue de l’enseignement), Michel Delachair (ancien correcteur au JO). Naomi Kotti est chargée du développement commercial.

 

Vous financez-vous par la publicité ?

Nous ne la refusons pas par principe, mais notre site est trop spécialisé pour la plupart des annonceurs. Nous refusons en revanche tout publi-reportage, placement de produits, tout ce qui ne serait pas parfaitement éthique ni clair. Nos ressources, ce sont essentiellement nos abonnements. 

 

D’où vient votre logo, très étonnant ?

 

 

Lorsque l’on crée une entreprise, il faut inventer son identité visuelle et son logo. J’avais alors dans mon champ de vision un « bioma » venu de Papouasie, une sculpture achetée aux puces et représentant un ancêtre. Elle peut aussi représenter l’universalité du genre humain, et donc l’éducabilité de tous, deux valeurs fondatrices pour nous. Un graphiste en a ensuite stylisé le motif. 

 

Combien ça coûte ?

Une personne physique a le choix, 10 € par mois (8 € avec la remise Ekoya, à condition de fournir un RIB pour mettre en place un prélèvement automatique) ou 110 €/an (90 € avec la remise Ekoya). L’abonné s’interdit de diffuser nos dépêches.

Pour un établissement scolaire, le tarif est de 245 € (224,62 € TTC avec la remise Ekoya) avec droit de diffusion à tous les personnels.